Table ASCII

mardi 28 avril 2009, par M. Klein


ASCII - American Standard Code for Information Interchange.

Le code ASCII est un système de codage de caractères sur 7 bits. Il est assez ancien, il date de l’époque des machines à écrire. C’est pourquoi on trouve un certain nombre de caractères spéciaux comme le retour de chariot (CR)

Le code ASCII est le format de base pour les petits terminaux ou pour les échanges élémentaires de texte entre machines. Si vous ouvrez un fichier txt avec un éditeur hexadécimal, vous pourrez voir la suite de caractères codés en ASCII. Les applications plus évoluées utilisent des codages plus complets (mais plus lourds) comme Unicode.

Passez la souris au-dessus du tableau.

Utilisation du tableau.

Pour trouver le code d’un caractère, par exemple P, il suffit de prendre son numéro de colonne et son numéro de ligne. Pour P, on obtient : 50. C’est le code pour P en ASCII. Attention : Ce nombre est donné en hexadécimal.

Remarquez que P et p ne portent pas le même code. De fait, pour un ordinateur, ces deux symboles n’ont rien à voir.

Le texte : ABRACADABRA sera codé 41 42 52 41 43 41 44 41 42 52 41 en hexadécimal ce qui donne en binaire :

100 0001 ; 100 0010 ; 101 0010 ; 100 0001 ; 100 0011 ; 100 0001 ; 100 0100 ; 100 0001 ; 100 0010 ; 101 0010 ; 100 0001

Cette suite de nombre est plutôt illisible (alors imaginez le travail des premiers informaticiens qui devaient entrer leurs programmes comme une suite de 0 et de1 !) Cela explique que l’on utilise l’hexadécimal beaucoup plus pratique. On peut également ouvrir n’importe quel fichier et le lire comme un fichier texte. Si le fichier n’a rien à voir avec un texte, il en résultera une suite de symbole incompréhensible. Cependant, l’ordinateur ne renverra pas d’erreur.

Conséquences

Un ordre de grandeur : Un livre au format poche de 500 pages compte environ 1 000 000 de caractères. S’il faut 1 octet pour chacun de ces caractères, le fichier ne fera que 1Mo ce qui est très peu. Bien sûr, une application telle que Word enregistre également des réglages pour la mise en page, des polices élaborées... Il reste qu’un fichier de 1 000 000 de caractères ne dépassera pas 2Mo.

Enfin, la portée philosophique d’un tel codage n’est pas sans intérêt : On pourrait très bien prendre tout Shakespeare, transformer tout les caractères en code ASCII qui, mis bout à bout, formeraient un nombre formidablement grand.

On dit que le nombre PI est un nombre univers (ce n’est pas sûr mais c’est très possible) c’est à dire qu’il contient dans sa succession de décimales tous les nombres possibles. Donc il contient également le nombre obtenu après codage des textes de Shakespeare. ou inversement, si l’on écrivait la suite de décimales de PI dans une mémoire d’ordinateur très grande et que l’on consultait cette mémoire en utilisant un logiciel du même genre que blocnote de windows, on pourrait trouver, noyé au milieu de texte sans signification, tous les écrits de Shakespeare. Dans ces conditions, on peut dire que PI contient tout ce qui peut être écrit par l’humanité...



Directeur de publication : M. Peschaire | Webmestre : M. Klein
Mentions légales | Modifié le 02/10/2010